Lutte contre la pauvreté par le canal du tourisme Imprimer
Lundi, 31 Mai 2010 10:43

Le tourisme est un facteur essentiel de développement et de lutte contre la pauvreté, et toutes les politiques, aujourd’hui, le placent en priorité de leurs choix. Malgré l’existence d’un potentiel touristique très important dans notre pays qui a été classé en 04 catégories principales définies ci- après selon la stratégie nationale de développement, les résultats du secteur restent en- deçà des espérances.

a.    Le désert et ses populations
b.    Les villes historiques et les aspects culturels
c.    Les parcs naturels et la faune
d.    L‘océan et les sports maritimes
Nous ne devons pas oublier que le secteur du tourisme a été créé et développé par les moyens propres des promoteurs touristiques Mauritaniens qui ont la volonté réelle de continuer a promouvoir ce secteur  et pour ancrer une bonne image dans les esprits de ces touristes. Malgré les charges que cela leur coûte, nous pouvons aussi signaler que ce secteur est presque le seul à aider à absorber le plus grand nombre de chômage dans notre pays, parce qu‘il lui revient d‘embaucher du personnel dans toutes ses catégories par ses diverses Agences tel que :
•    la location de voitures (exp: 1 Directeur,1cadre de réception,1 planton, 1gardien et des chauffeurs selon la grandeur du parc automobile).
•    Les Agences de billetterie
•    Les Bureaux réceptifs
•    Les Guides
•    Les Hôtels
•    Hébergements
•    Appartements meublés
•    Restaurants
•    Et le grand secteur de l‘artisanat et ce qu‘il comporte ...
Nous reconnaissons, que l’Etat ne peut pas tout faire mais il lui revient d’accorder des lignes de crédit aux agences de tourisme comme c’est le cas pour l’agriculture et la pêche afin d’encourager les intervenants dans ce secteur.
Il est aussi nécessaire de créer un Ministère chargé exclusivement du Tourisme et de l’Artisanat, malgré tous les efforts que notre Ministère  déploie en notre faveur, les doléances  du secteur reste toujours presque les mêmes (manque de formation des acteurs potentiels et des guides, statuer les agence aux normes pour diminuer le désordre  et l’insécurité du marché de location de Nouakchott, manque d‘allégement des impôts et d‘assurance location exigée des véhicules de location sans contre partie de remboursement en cas de choc éventuel …).

D’autre part nous ajoutons que le rôle de l’Office Nationale du Tourisme (ONT) est de permettre aux opérateurs de participer aux foires et aux salons internationaux, ce qui constitue une occasion de rencontres, d’échanges et d’opportunités. Il est aussi nécessaire pour l’ONT d’ouvrir une représentation à Paris et dans d’autres, pays du monde neutre (pour permettre à  tous les opérateurs d‘y accéder  et cela a été révélé comme priorité en 2006 par l’ONT ) mais sans suite... ayant pour charge de répertorier toutes les agences nationales de tourisme et de disposer  de brochures sur les ressources du pays, ses sites touristiques et ses circuits.
Nous soulignons aussi, qu’il est indispensable de développer les infrastructures touristiques si l’on veut bien vendre la destination Mauritanie. Nous avons un littoral de 750 kms qui peut constituer un pole d’attraction pour les touristes pendant toute l’année en bénéficiant de son climat, de la mer et des dunes .Mais le manque d’aménagements sur ce littoral tels que les points de ravitaillent d‘eau, restaurants, auberges, stations et toilettes ne favorise pas l’exploitation de ce circuit très important par rapport à ceux de l’intérieur qui sont liés a une période climatique précise. En tenant compte bien sur, que la planification spatiale des futures zones touristiques soit scrupuleusement respectée, pourvu que les aménagements réalisés ne perturbent pas les écosystèmes existants.
Le Tourisme constitue, aujourd’hui, un enjeu de taille dans les économies nationales. Il se place avant la pêche, les télécommunications et les hydrocarbures et la Mauritanie, de par sa position géographique, à proximité des pays émetteurs et de ses ressources, dispose d’un avantage comparatif très important qui ne demande qu’à être exploité. Mais pour ce faire, l’Etat doit s‘impliquer davantage à coté des opérateurs par des actions et des mesures concrètes. Nous voudrons aussi la construction d’un parc automobile, hors de la ville, pour les voitures de location afin d’éviter les encombrements et l‘insécurité devant les agences de voyages, l’allègement des formalités de police, de douane ou de Gendarmerie des frontières pour rendre le trafic touristique plus fluide.
Dans le souci de faire découvrir la Mauritanie dans toutes ses richesses et offrir plusieurs options de destinations, Nous préconisons l’ouverture d’un Aéroport international desservant les régions Est du pays (les deux hodhs et l’Assaba pour permettre aux  touristes de s’y acheminer, par vols charters. L’existence de cette destination offrira des opportunités d’emploi aux populations, à travers la création d’agences de voyage sur place, de bureaux de change ou encore de boutiques de vente de produits artisanaux.
Il faut également diversifier les destinations touristiques en introduisant dans nos circuits, le Sud du pays  dont la végétation et le mode de vie des populations sont différents  du reste du pays et qui pourrait faire l‘objet de croisières fluviale, et dispose aussi de la teinture, la poterie etc… sans oublier les zones situées à l‘amont du fleuve (Wilayate du Gorgol et du Guidimaka), dont la faune pourrait  justifier l‘organisation de safaris chasse ou photos. Les agences doivent s’y intéresser.
D‘autre part, nous demandons l‘implication totale de l‘Etat  dans la régularisation de la saison touristique de chasse sportive au Faucon  en provenance des pays du golf et de faciliter l‘obtention des permis de chasse selon les norme internationales,  comme ce qui est fait pour l‘association des chasseurs a Nouakchott, sachant qu’aucune de nos agences de voyages n‘a bénéficié des autorisations de la saison 2009-2010  alors que ces dernières étaient délivrée.
Face à cette situation nous demandons aux autorités compétentes de prendre des mesures adéquates pour résoudre ce problème qui hindi cape le bon déroulement de notre saison touristique.
En vous soulignant que nous bénéficions  de très grande retombée économique pour la zone de  Nouakchott et l‘intérieur du pays qui ne participent presque pas aux arrivées touristiques de l‘Adrar, en attirant votre attention qu‘il y va un très grand nombre de notre population qui ne vit que de cette saison tel que:
- Les accompagnateurs essentiellement d‘origine pauvre et vivent de cette saison.
- Les Loueurs de véhicule qui se basent sur cette saison pour amortir l‘achat de leur    
Véhicule très coûteux. 
- Les Hôtels et Appartements meublés
- La circulation élevée de la devise dans cette période  
Sans oublier de citer leur intervention gratuite de faire des forages et de creuser des puits dans des zones très enclavées ou de construire des mosquées là ou ils voient que c‘est nécessaire.


Nouakchott le 30/05/10

MARIEM N’GAIDE
DIRECTRICE AMDER VOYAGE