Yaya JAMMEH est il l'otage de son système ? Imprimer
Mercredi, 18 Janvier 2017 12:43

Yaya JAMMEH est il l'otage de son système ?

« Il n'y a rien qui soit ignominieux et tragique qui ne puisse être corrigé, guéri  et purifié avec ce qu'il y'a d'honorable, de juste et de bon. »

Bill CLINTON  lors de sa prestation de serment en 1993

Les règnes sont caractérisés par la conception et l'exécution.

À notre époque certains dictateurs après leurs chutes bénéficient d'un parachutage doré laissant derrière eux leurs compagnons pour ne pas dire les moutonniers exposés  à la justice ou au lynchage populaire.

Avec un fin regard sur le passé des pays voisins ayant connu des changements de régime on tombe dans le confort de se poser la question : JAMMEH n'est il pas un otage de son système pour changer de décision ? Cette idée n'est pas à négliger au nom du principe que ceux qui mangent la même soupe sentent la même odeur.

Lui qui avait reconnu sa défaite et félicité son adversaire avant la proclamation des résultats.

Lui qui avait déclaré quitter le pouvoir même s'il est battu par une seule carte de différence en faveur de son adversaire.

Lui qui nous apprend qu'une carte vaut plus que 20.000 cartes de différence entre les deux candidats après rectification de la commission électorale toujours en sa défaveur. Rien de surprenant de l'homme qui soigne toutes les maladies. Encore une découverte.

Les déclarations de BARROW sont naturelles et rassurent ceux qui des années durant ont souffert du règne de JAMMEH  pour mettre dans les urnes les bulletins du changement pardon les  « billes » BARROW  se doit de les rassurer. Quel est le qualificatif des vingt-deux ans de règne de JAMMEH ?

Pourquoi il ne se retourne pas contre ses services de renseignements qui l'ont amené à accepter sa défaite ? Arrestations, exécutions

Pourquoi a  t-il peur de la justice ?

COMPARAISON N'EST PAS RAISON

Le Général président du Mali Moussa TAORE n'a t-il pas fait l'objet de deux  condamnations à mort pour crimes de sang et crimes économiques ?

Ses peines ont été transformées en grâce après onze ans de prison .

Il est important de souligner les échecs du président  Ahmadou Toumani TOURE (ATT)  de l'amnistier.

Autres cas, autres formes On est en Guinée Bissau

En  1998 le Général Ansoumane MANE  héros de la guerre de l'indépendance entre en rébellion contre le pouvoir de Nino Bernardo VIEIRA  qui l'accusait de vendre ou livrer des armes aux rebelles casamançais du Sénégal . Ce pays interviendra au côté du président Nino comme une opération  de police. Sans commentaires,  mes condoléances aux familles sénégalaises des victimes.

Le Général MANE  fort de ses victoires militaires occupe  une grande partie de son pays .Il meurt en citoyen lambda au cours des combats  en se faisant oublier malgré sa poitrine chamarrée de distinctions et sans bénéficier d'égards à titre posthume .

JAMMEH  ne manque pas  de s'inspirer de mauvais  exemples sur le continent avec la complicité de la communauté internationale dont les intérêts priment sur tout le reste. En 2008 le Kenya connaît de graves violences électorales avec son torrent de  pertes en vies humaines, de déplacés, de blessés...... pour se terminer par un gouvernement de coalition. Les candidats n'ont pas prêté leurs oreilles à Modibo KEITA 1er président du Mali lors de son renversement,  le 19 Novembre 1968  «  Pas une goutte de sang pour empêcher ce coup d'état »

Que veut JAMMEH  ?

Le modèle kényan cité ci-dessus.

Une impunité totale avec ses moutonniers ?

Monter les enchères pour avoir mieux?

.En 1972 Nkwame N'KRUMAH,  1er président du Ghana meurt en Roumanie. Le gouvernement Ghanaéen  demande le rapatriement du corps .Sékou TOURE accepte le rapatriement  en exigeant des funérailles nationales, son élévation au rang de héros national, la libération et la réhabilitation de tous ses compagnons politique en détention, etc etc

Le gouvernement Ghanaéen accepte presque toutes les exigences . Sékou TOURE, satisfait,  rapatria le corps .

Pause diplomatique inquiétante

Qu'on ne se trompe point. Cette situation de pause diplomatique même en respectant la constitution Gambienne, est en faveur de JAMMEH

Excusez du peu, elle peut être caractérisée par le saignement des réserves d'or et de devises de la Banque Centrale qui peuvent être embarquées dans les soutes des avions d' envoyés très spéciaux.

La disparition de dossiers ultra confidentiels ( soutiens aux rebelles de la Casamance avec l'implication de bien d'autres pays , problème de la Côte d'Ivoire, la présence des conseillers étrangers en tortures, des instruments et les salles de torture, arrestations et disparitions des opposants , autres coups tordus etc

Les qualificatifs du règne de JAMMEH  ne lui permettent  pas de  sortir par la grande porte comme :

Abdou DIOUF du Sénégal

Alpha Oumar KONARE du Mali

Mathieu KEREKOU et Boni YAYI du Benin

Jerry RAWLINGS et John Dramani MAHAMA du Ghana

MONTEIRO  et Pedro PIRES du Cap vert

Le compte à rebours est en marche.

En cas de tensions :

Ou les diplomates font taire les armes

Ou les armes font taire les diplomates

Dans ce cas avec tous mes respects aux officiers généraux, mes meilleurs  souhaits vont à un plan de rétablissement de la démocratie qui ne soit pas porteur de deuil, d'orphelins, de veuves et de lévirat . Comme disait l'autre

" la victoire réside dans l'attaque et la défaite dans la résistance."

Dans les prochains jours on verra Yahya  JAMMEH derrière les BARROW, ou Yahya JAMMEH derrière les barreaux .

WANE Abdoulaye NETO

Colonel des Douanes (E/ R)