Edit Imprimer
Mercredi, 20 Novembre 2019 13:13

Le président Ghazouani ne cesse de charmer et de marquer des points. Aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Invité d’honneur de la sixième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, Ghazouani a prononcé, avec force et humilité, un discours qui a été bien apprécié et très applaudi par une assistance composée de centaines de personnalités venues de tous les coins de la planète. A tel point qu’il a été sans conteste la vedette de cette réunion internationale de Dakar. Son nom était sur toutes les lèvres après ce baptême de feu réussi de sa carrière internationale.

Sur le plan sous régional, il a marqué plus d’un point dans le renforcement de la relation vitale de la Mauritanie avec le voisin sénégalais. Cela s’est révélé dans son discours et dans celui de son hôte le président Macky Sall. La presse sénégalaise, généralement pas très tendre vis à vis des pouvoirs de Nouakchott, paraissait être, elle aussi, séduite par ce ‘’Nar Guénnar’’ courtois et pertinent. Le journal Le Soleil, qui a publié, mardi, un long entretien avec lui, lui a consacré un édito élogieux…

Avec de simples propos et une certaine ouverture d’esprit, Ould Ghazouani est en train de réussir là ou ses prédécesseurs ont échoué : normaliser nos rapports avec le Sénégal. Un pays avec lequel la Mauritanie est liée par le sang, l’histoire, la géographie, l’OMVS et, tout dernièrement, par l’exploitation en perspective du gaz.

En attendant de voir cette bonne et généreuse attitude s’élargir aux autres voisins, il serait opportun pour Ghazouani, qui bénéficie encore de beaucoup d’indulgence et de compréhension au sein du camp de l’opposition, de faire un peu plus vite que son rythme habituel dans la concrétisation de cette entente nationale par des actes palpables : le lancement d’un véritable dialogue entre les différences forces politiques afin de s’entendre sur l’essentiel vital pour raffermir notre système de gouvernance et nous prémunir des dangers sécuritaires qui irritent et déstabilisent déjà notre région.

Cela est d’autant faisable qu’il ne requiert pas de lourds financements de l’extérieur. Tout juste une initiative politique du président ardemment réclamée par tout le monde politique.