Clash au Patronat Imprimer
Lundi, 18 Octobre 2021 11:24

 

Alors que la réunion du bureau exécutif du patronat mauritanien s’annonçait calme et consensuelle comme à son habitude, les présents étaient loin de se douter que c’était le calme qui précédait la tempête.

La tempête fut un recadrage mémorable du président de la fédération des industries et des mines Ahmed Hamza à l’encontre du président de l’UNPM Mohamed Zein El Abidine Ould Cheikh Ahmed.

Pendant presque deux heures, dans un silence de mort, Ould Hamza s’en est pris au président de l’UNPM en des termes parfois durs l’accusant notamment de considérer la confédération comme un bien personnel mais surtout en lui reprochant de s’immiscer dans les assemblées générales des fédérations.

Ould Hamza n’aurait surtout pas digéré la manière par laquelle a été évincé Elemine Ould Hamoud de la tête de la fédération des pêches et son remplacement par Hamady Ould Hamady qui est certes un expert du secteur mais qui n’est pas pour le coup un opérateur.

Avant lui Hamada Ould Didi dût se retirer au dernier moment de la course à la présidence de la fédération des éleveurs pour laisser la place à Moustapha Ould Abdallah qui venait de quitter son poste à la tête de Mauripost.

Mohamed Zein El Abidine Ould Cheikh Ahmed avait par des manœuvres dilatoires fait le ménage dans la confédération du patronat et les derniers des Mohicans qui restent sont Abderrahmane Ould Attigh, Lafdal Ould Bettah et Ahmed Hamza.

La goutte qui a fait déborder le vase serait la proposition de Hamza de ne pas toucher à l’article limitant les mandats des présidents des différentes fédérations tout en s’engageant lui même à passer la main.

C’est dire que le congrès prochain pour lequel la date du 23 décembre a été retenue s’annonce des plus houleux. Jusqu’ici le patronat mauritanien a toujours fonctionné par consensus avec la bénédiction de l’Etat. La première fois de son histoire où il y a eu des candidatures multiples ce fut pour le renouvellement de la fédération des banques.

Cette fois Zein Abidine qui était arrivé par effraction semble vouloir rempiler en se faisant passer pour le candidat désigné du pouvoir. Bien que son nom ait été abondamment cité dans le dossier judiciaire en cours et qu’il n’est pas à l’abri d’être lui-même inquiété, Zein Abidine est en train de placer ses hommes pour se retrouver lors du congrès avec un boulevard devant lui. C’est d’ailleurs l’une des causes du clash c’est que le président a laissé entendre qu’il allait « nommer » ses vices présidents ce auquel Hamza a répondu que toutes les instances sont élues ou désignées par les membres et qu’il n’est pas question de transformer la patronat mauritanien en une petite boutique personnelle soulignant au passage que les entreprises du Groupe de Zein Abidine ne cotisent même pas au patronat.

Selon une source de l’intérieur du patronat, ils sont plusieurs à penser tout bas ce que venait d’exprimer Ould Hamza à haute voix. Certains vont même plus loin en accusant Zein Abidine de vouloir tout s’accaparer et d’être omniprésent en étant en lice même pour les marchés publics les plus insignifiants. Il s’est notamment substitué au président de la fédération des BTP pour l’organisation des 2tats généraux tout comme il tiré le tapis sous les pieds de la fédération du commerce pour l’opération des 300 boutiques et pour couronner le tout il dut dans l’urgence retirer les kiosques de vente de pain qu’il avait imposé à la fédération des boulangeries.

Zein Abidine qui joue à fonds la carte de candidat du pouvoir aura fort à faire pour conserver l’unité du patronat dont certains et pas des moindres ne veulent absolument pas de lui à la tête de leur syndicats. Mais pour garder cette cohésion il faudrait qu’un haut responsable de l’Etat réitère la neutralité de celui-ci dans la course à la présidence de l’UNPM. D’ailleurs intérêt aurait le président Ghazouani prendre parti au sein d’un groupe qui lui est presque unanimement acquis. Le président de la République est-il au courant de ces manœuvres et auront-elles sa bénédiction.

Sy Hamza