Courrier Imprimer
Mardi, 08 Septembre 2020 12:57

Au premier août 2019, soit 60 ans après l’indépendance, la Mauritanie était ruinée, avec une infrastructure délabrée, des caisses vides et une dette accablante. C’est le résultat d’un cumul de gabegie couronné par la dernière décennie.

En dépit de leurs défauts, tous les présidents qui se sont succédé à la tête du pays n’étaient pas des hommes d’affaires, même si certains d’entre eux étaient des hommes du pouvoir qui ont mis à contribution l’argent public pour consolider et perpétuer leur autorité. Mais ils ne se sont pas enrichis et n’ont pas bâti les palais.

Toutefois, la dernière décennie fut une exception dans l’histoire de la Mauritanie dans la mesure où le gaspillage des biens publics était non seulement parrainé mais, pire, pratiqué au sommet du pouvoir.

C’est dans ce contexte sombre que le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a été investi dans ses fonctions suprêmes pour être surpris par la bande qui a créé des crises au sein de sa majorité. Dans le même temps, est apparue la pandémie de la COVID-19 qui a pesé lourdement sur l’ensemble de la planète, réduisant le PIB mondial de plus de 15%.

En dépit de ces crises survenues en l’espace de quelques mois seulement, le Président de la République est parvenu à remettre le train sur les rails en lançant des stratégies rationnelles et rentables, surtout au bénéfice des  couches défavorisées de la population. Les prestations sanitaires ont été améliorées, les prix fixés et les fondements solides d’une école républicaine posés, en plus de l’ancrage des valeurs citoyennes et de la restauration de la confiance entre le citoyen et l’Etat.

Le consensus autour du Président de la République auquel nous assistons aujourd’hui de la part de toutes les couches de la société (dirigeants, hommes de droits, medias, intellectuels..) est la preuve la plus éloquente que la philosophie du pouvoir a pris à un tout autre tournant.

Un tournant basé sur l’éthique et la responsabilité. Car Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a honoré son engagement pris au lendemain de son investiture lorsqu’il avait déclaré qu’il sera le président de tous les Mauritaniens, qu’ils aient voté pour lui ou non.

Mesbaha Welad