Communiqué Imprimer
Jeudi, 23 Juillet 2020 10:24

logo-ocl.jpeg

Observatoire du Civisme et des Libertés

Depuis sa création, lObservatoire du Civisme et des Libertés a toujours salué toutes les initiatives prises dans le sens de la lutte contre la corruption. À cet égard, la création dune commission denquête parlementaire, chargée de vérifier la légalité de lattribution des marchés publics et la gestion du patrimoine de l’état, pendant les dix dernières années, est une avancée significative en matière de redevabilité, une première dans l'histoire de notre démocratie.

Nous nous réjouissons de lavancement des travaux de la commission et de l’élargissement de son mandat et nous nous félicitons des conditions dans lesquelles elle a pu travailler, en toute indépendance et sans interférence de lExécutif. Le peuple Mauritanien attend, avec beaucoup despoir, les conclusions et les recommandations du rapport de la commission, pour situer les responsabilités, savoir comment les richesses du pays ont été dilapidées et ouvrir la voie à des poursuites judiciaires et à la restitution des biens mal acquis.

Toute autre issue serait considérée par une opinion publique assoiffée de justice, comme un manquement à lexigence de redevabilité, de transparence et dintégrité. Notre organisation ne cautionnera pas les demi-mesures ou les tentatives datténuer la responsabilité de quelques-uns. Les torts sont partagés et les donneurs dordre, tout comme les exécutants doivent rendre compte de leur forfaiture devant la justice. Nous continuons à suivre, en toute confiance, mais aussi avec vigilance, la conduite des travaux de la commission.

Enfin, nous rappelons que la moralisation de la vie publique exige de mettre en place des actions durables, de manière à transfigurer la nature corrompue du système. Cela passe par la mise en place dune approche intégrée, dune vision stratégique et de mécanismes de prévention et de lutte contre la corruption. Cela passe aussi par la promotion dune éthique collective et des actions coordonnées, denvergure nationale, impliquant tous les acteurs, y compris la société civile.

Paris, le 23 juillet 2020

Le président de l'observatoire du Civisme et des Libertés, Abdoullah Mounir

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.