L’AFCF célèbre la fête de la femme / Discours de Salimata Sy et photo-reportage Imprimer
Lundi, 27 Mars 2017 21:28

A l’occasion de la Journée internationale de la femme célébrée le 8 mars dernier, l’Association des femmes chefs de femmes (AFCF) s’était mobilisée pour lancer « un appel aux gouvernants et à l’élite mauritanienne d’opter pour la mise en œuvre des reformes qui permettraient d’améliorer de manière significative le statut et le rôle de la femme et ouvrirait de nouvelles perspectives pour un développement harmonieux de la Mauritanie». Voici en sus d’un reportage-photo, le discours prononcé par la vice-présidente de l’AFCF en l’occurrence Salimata Sy Camara.

Discours

A la  Représentante du MASEF

Excellences Mr les Ambassadeurs

Au Représentant de la Coopération Française

Au Représentant de la Coopération Allemande

Mes dames les présidentes des coopératives et organisations féminines

Aux Représentants de la presse nationale et internationale

Aux représentants des artistes Mauritaniens

Honorables Invités

Permettez-moi  de vous souhaitez  la bienvenue parmi nous à l’occasion de la commémoration fête internationale de la femme, placée cette année sous le thème : « Les femmes dans un monde du travail en évolution, une planète (50/50 jusqu’en 2030 ». Un slogan évocateur  n’est pas fortuit car plusieurs engagements ont été faits, très peu sont ceux qui ont fait l’objet d’un suivi ou d’une application.

La célébration du 8 mars constitue cette année pour les femmes mauritaniennes que nous sommes une occasion, une fois encore, d’exprimer notre solidarité avec les femmes victimes des violences abominables, des atrocités inouïes et  d’attirer l’attention des gouvernants sur ces exactions d’un autre âge qui constituent des menaces sur les acquis et réalisations faites en matière de promotion des droits des femmes dans notre pays.

La Mauritanie tente de faire des avancées sur le chemin de la promotion des droits politiques et civiles des femmes, mais force est de constater que  des forces obscurantistes tentent torpiller ces acquis.  La volonté politique reste l’unique voie pour parachever le rêve de toutes les femmes mauritaniennes, qui est  celui d’appartenir à une nation qui reconnait et valorise le rôle et le statut de la femme. La maman, la sœur et l’épouse !

Les femmes et avec les soutiens de bonnes volontés et des partenaires techniques et financiers, continuent à se battre pour la matérialisation de cette volonté politique.

Le slogan de cette année, chères militantes, est une réponse à l’action de la femme à travers le monde et particulièrement en Mauritanie car au plan politique sa participation  est irréversible puisqu’elle a apporté les preuves pertinentes de ses capacités en matière de gestion  et de leadership.

Au plan social, sa participation dans le mouvement citoyen et dans la promotion des droits des femmes n’est plus à démontrer. Les campagnes de mobilisations sociales sur les droits des femmes, notamment le plaidoyer concernant la loi sur MGF et les différents foras et rencontres organisés ont permis de démontrer les capacités  et toute  l’intelligence des femmes à contribuer à la formulation de politiques et stratégies cohérentes de développement de notre chère patrie, la Mauritanie.

Comme vous le savez, honorables invités, ce slogan  « Les femmes dans un monde du travail en évolution, une planète (50/50 jusqu’en 2030 »» est très évocateur, quand bien même que plus de la moitie de la population mondiale  est féminine ; nombreuses sont les attentes qui restent insatisfaites. Nous devons alors  redoubler de vigilance, combiner nos forces et énergies afin de maintenir les acquis et réaliser notre ambition. Une ambition d’un monde plus  juste et plus  équitable.

Pour ce faire certains articles  du code de statut personnel  doivent être alignés sur les normes internationales et la loi criminalisant toutes les formes de  violences, les violences qui sont devenues pratiquement notre quotidien,  cette loi doit être promulguée sur la base d’une concertation entre les pouvoirs publics et la société civile.

Comme l’année dernière nous lançons un appel aux gouvernants et à l’élite mauritanienne d’opter pour la mise en œuvre de ces reformes qui permettraient d’améliorer de manière significative le statut et le rôle de la femme et ouvrirait de nouvelles perspectives pour un développement harmonieux de la Mauritanie.

Avant de vous inviter au vernissage, permettez moi, chers invités, d’abord de remercier, une fois encore, nos partenaires financiers  qui ont  contribué  à la célébration de cette fête de femmes. Nous leurs disons MERCI.

Je vous remercie

 

Mme Camara Salimata Sy